Une paroi porteuse et des portes coulissantes en verre sont les nouveaux éléments apportés lors d’un considérable travail de restauration de l’une des plus célèbres cathédrales de New York.

Sans doute l’édifice catholique le plus reconnaissable des États-Unis, la cathédrale Saint-Patrick figure parmi les monuments de New York les plus visités. Achevée en 1878, la cathédrale qui s’était dégradée au fil du temps vient de faire l’objet d’un vaste chantier de rénovation. La restauration concerne les surfaces intérieures comme extérieures et une grande diversité de matériaux, dont le marbre, l’ardoise, les boiseries, la pierre artificielle et le vitrail.

Le bureau d’études de structure Eckerlsey O’Callaghan a conçu deux éléments nouveaux majeurs pour ce chantier : des portes vitrées coulissantes qui permettent aux vantaux en bronze du portail original de la cathédrale de rester ouverts sans modifier son climat interne, et une cloison vitrée offrant une isolation acoustique entre la chapelle Notre-Dame et l’espace principal de l’édifice.

Les portes vitrées motorisées reposent sur un système mis au point par Vitrocsa dont le revêtement en bronze s’accorde avec les finitions existantes. Lorsqu’elles coulissent en position d’ouverture, les portes sont entièrement dissimulées à l’intérieur des murs de manière à préserver l’aspect de l’ancienne structure environnante.

S’élançant à plus de 14 m de hauteur et d’une largeur d’au moins 7 m, la paroi vitrée ogivale de la chapelle Notre-Dame est constituée de panneaux de structure en verre feuilleté trois plis durci, soutenus par une poutre, également en verre feuilleté. Chaque panneau pèse environ 2 270 kg. Sous la poutre en verre se trouve une antichambre vitrée à ossature en bronze.

Localisation
New York, USA

Matire d'Ouvrage
Roman Catholic Archdiocese of New York

Architecte
Murphy Burnham & Buttrick Architects